En Catalogne, des citoyens indépendantistes dans le viseur de la justice

Ils pen­saient s’engager paci­fi­que­ment pour l’indépendance de la Catalogne. Ils se retrouvent devant la jus­tice espa­gnole. Pour les citoyens ordi­naires, ces retom­bées judi­ciaires ont eu l’effet d’un véri­table coup de ton­nerre. Les élus locaux, eux, sont moins sur­pris. Tous mili­tants, ils nous livrent leur récit et évoquent les réper­cus­sions sur leur quo­ti­dien.

Les associations indépendantistes à bout de nerfs

Violences poli­cières, arres­ta­tions, refus de dia­lo­guer… Les asso­cia­tions indé­pen­dan­tistes cata­lanes ne cessent de dénon­cer la « répres­sion »  de Madrid. Entre abat­te­ment et révolte, le monde asso­cia­tif tente de pour­suivre sa bataille.

Barça/Espanyol : une rivalité au‐delà du terrain

A Barcelone, coha­bitent depuis plus d’un siècle deux clubs rivaux : le FC Barcelone et le RCD Espanyol Barcelone. Ennemis sur le ter­rain, leur riva­li­té ne se limite pas au sport mais impacte éga­le­ment les sphères poli­tique et sociale.

Comment le gouvernement catalan marginalise l’usage de l’espagnol

Depuis 2005, il est pos­sible de rece­voir une amende pour avoir refu­sé de par­ler cata­lan en Catalogne. Dénonciations ano­nymes, pres­sions poli­tiques, la Généralitat semble avoir pris toutes les dis­po­si­tions néces­saires pour faire recu­ler l’usage de l’espagnol dans la région.

La Catalogne déjà indépendante… dans son musée d’histoire

Au Musée d’histoire de la Catalogne, à Barcelone, la com­mu­nau­té auto­nome est pré­sen­tée comme une nation et même un Etat à part entière. Loin d’être ano­dine, cette ambi­guï­té séman­tique est direc­te­ment liée aux reven­di­ca­tions indé­pen­dan­tistes.

Les martyrs catalans font de la résistance

De la fête natio­nale aux héros de la résis­tance anti‐franquiste, les sym­boles de la mémoire col­lec­tive cata­lane s’apparentent à ceux d’un peuple mar­tyr. Ils sont exploi­tés aujourd’hui par les indé­pen­dan­tistes pour entre­te­nir une forme de vic­ti­mi­sa­tion, nour­rie des sou­ve­nirs contem­po­rains du fran­quisme.

Le ni‐ni de la maire de Barcelone divise le corps électoral catalan

Ada Colau, maire de Barcelone depuis 2015, ne s’est posi­tion­née ni pour ni contre l’indépendance de la Catalogne. A l’heure où tout le monde doit choi­sir son camp, ses élec­teurs ne sont pas en accord face à cette posi­tion tiède.

La ceinture rouge de Barcelone : un cran à droite

Peuplée par l’émigration inté­rieure, la péri­phé­rie de Barcelone est
majo­ri­tai­re­ment oppo­sée à l’indépendance de la Catalogne. Cette zone, appe­lée
his­to­ri­que­ment “la cein­ture rouge” pour ses choix élec­to­raux mar­qués à gauche,
se tourne désor­mais vers la droite pour résis­ter aux indé­pen­dan­tistes.

Carles Puigdemont : le journalisme au cœur, la politique dans l’âme

Avant de se lan­cer en poli­tique et de deve­nir le pré­sident de la Généralité de Catalogne, Carles Puigdemont était jour­na­liste. Ses deux car­rières ont été influen­cées par un même désir : défendre la nation cata­lane et encou­ra­ger son indé­pen­dance.  

Cannabis en Catalogne : bras de fer autour de « l’or vert »

Le pro­gres­sisme de Barcelone en matière de drogue se heurte à la poli­tique répres­sive du gou­ver­ne­ment espa­gnol. La loi de léga­li­sa­tion du can­na­bis, votée par le Parlement cata­lan en juin 2017, est par­tie en fumée six mois plus tard, suite à une déci­sion madri­lène. Barcelone est pour­tant en passe de deve­nir la « nou­velle Amsterdam ».

À la Barceloneta, des habitants excédés par le tourisme de masse

Le quar­tier marin de Barcelone, construit au milieu du XVIIIème siècle, est emblé­ma­tique des bou­le­ver­se­ments cau­sés par le déve­lop­pe­ment du tou­risme. Beuveries, tapage noc­turne, exhi­bi­tion­nisme… la plu­part des habi­tants his­to­riques sont à bout et réclament à la muni­ci­pa­li­té de nou­velles mesures.